Warning: Parameter 2 to wi_posts_search_handler() expected to be a reference, value given in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/wp-includes/class-wp-hook.php on line 286
[Exclusif] Johann Zarco: " La persévérance dans le travail finit toujours par payer " – GP Inside

Warning: Use of undefined constant have_posts - assumed 'have_posts' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/themes/gp-inside/single.php on line 15

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/themes/gp-inside/single.php on line 15

[Exclusif] Johann Zarco: " La persévérance dans le travail finit toujours par payer "


Notice: Undefined variable: c in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/themes/gp-inside/template-parts/content-single.php on line 29

Notice: Trying to get property 'ID' of non-object in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/themes/gp-inside/template-parts/content-single.php on line 29

Notice: Undefined variable: c in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/themes/gp-inside/template-parts/content-single.php on line 29

Notice: Trying to get property 'ID' of non-object in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/themes/gp-inside/template-parts/content-single.php on line 29

Notice: Undefined index: plus_sharedcount_enabled in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/plugins/simple-share-buttons-adder/php/class-buttons.php on line 670

Notice: Undefined index: bar_sharedcount_enabled in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/plugins/simple-share-buttons-adder/php/class-buttons.php on line 672

Double champion du monde Moto2 en titre, Johann Zarco est «rookie» dans la classe MotoGP. Ses débuts ont été impressionnants: en tête pendant six tours du GP inaugural, sous les projecteurs de Losail (Qatar), puis cinquième aussi bien en Argentine qu’aux Etats-Unis, Zarco a bluffé tous les observateurs. Comme on n’arrête pas de parler de lui, GP-Inside a décidé d’aller parler avec lui!

Johann, le monde de la course a été très surpris ces dernières semaines, rapport à ces débuts tonitruants. Et toi?

J’avoue avoir été surpris des six premiers tours du Qatar. Les tests hivernaux étaient bien. Difficiles, parce que c’est toujours difficile d’aller très vite avec une moto, d’aller chercher la dernière seconde, les derniers dixièmes, mais le niveau sur lequel je m’exprime, c’est clairement celui où je rêvais d’être, ou je souhaitais me trouver. Et maintenant que je connais mieux la Yamaha, je me dis que c’est aussi l’objectif à se fixer, parce qu’elle est vraiment très compétitive.

Que se passe-t-il dans ta tête, pendant ces six tours? Tu restes calme?

Oui, j’étais serein, concentré pour bien réagir sur la moto. On connaît le rôle du pilote: tenter de tout de suite gérer la motricité, doubler le plus rapidement possible au départ, puis attaquer.

On l’a vu et de quelle façon à Losail…

Dans le cas du Qatar, mon avantage, c’est que lorsque j’ai commencé à attaquer, j’étais mieux que les autres. Je devais donc profiter de cet avantage, puis rester concentré.

Mais il y a eu la chute…

Malheureusement, oui, peut-être parce que l’émotion des instants que je vivais a fait que j’ai commis cette erreur.

En passant en MotoGP, tu as découvert les aides électroniques. C’est complexe à comprendre?

C’est en tous les cas une belle aide pour découvrir une telle moto et pour rapidement se ménager une certaine confiance. Dans les virages, on peut parfois se permettre des choses que je ne pouvais pas faire avec la Moto2. Je peux tenter de passer d’une manière différente, parce que je sais que si je suis un peu trop agressif, il va y avoir un contrôle électronique qui empêchera la chute. Et cela permet, je pense, de grimper les échelons plus rapidement.

Ce qui explique le niveau rapidement atteint par toi, par Jonas Folger, ton équipier?

Exactement. C’est un facteur qui nous aide. Après, quand on voit que Rossi fait podium alors qu’il n’a pas réussi des essais extra, c’est aussi le signe que cette gestion tout au long de la course peut faire la différence.

Jeudi, en conférence de presse, tu as eu une phrase formidable. Tu as dit: «On a plus parlé de mes six tours en tête du GP du Qatar, que de mes deux titres mondiaux en Moto2. Il serait bon de regarder aussi ce qui se passe dans les autres catégories.» La Moto2 est si mal considérée?

Elle ne le sera plus, après les tests et le début de saison que nous avons réussis, Jonas Folger et moi. Et je crois que ça va continuer tout au long de l’année. En plus, je suis persuadé qu’Alex Rins (l’interview a été réalisée avant l’accident qui a remis ko l’Espagnol, samedi matin), lorsqu’il sera mieux physiquement, va reprendre bien du poil de la bête. On prouve ainsi que la Moto2 est une catégorie qui vaut vraiment le coup.

Mais pourquoi était-elle si mal vue?

Le premier passage spectaculaire d’un pilote qui avait gagné en Moto2, ce fut Marc Marquez; mais avec lui, on a dit que ce n’était pas grâce à la catégorie intermédiaire, que ce n’était que lui, un phénomène. Finalement et malheureusement, c’est Rabat qui nous a fait un peu une mauvaise pub, parce qu’il a eu plus de mal à bien s’adapter. Il a rapidement connu des chutes, des blessures et revenir de cela, c’est très difficile. Il n’a pas fait une grande pub pour la catégorie, eh bien, c’est à nous de la faire!

C’est un exemple intéressant: Tito était fort, dominant en Moto2, comment expliquer ses problèmes?

Il avait une méthode de travail, en Moto2 – il roulait tous les jours avec une moto proche de sa machine de course – qu’il ne peut pas vraiment appliquer en MotoGP, je crois que c’est cela. J’ai du respect pour lui, il a été champion du monde. Mais, malheureusement, il n’a peut-être pas encore trouvé sa méthode de fonctionnement.

Au début de ta carrière, tu aimais bien le discours: «Je ne suis pas doué, je suis un travailleur ». C’est toujours le cas? Bon, on sait que tu travailles toujours beaucoup…

Oui. Je crois qu’il faut faire la balance entre les deux. Il faut d’abord avoir confiance en ses sensations et peut-être que grâce au don, on peut avoir de meilleures sensations qu’un autre. Ensuite, il ne faut pas se reposer là-dessus, car les motos vont tellement vite, le niveau est tellement élevé, que c’est la persévérance dans le travail qui paie.

Tu y as toujours cru? Tu étais persuadé que ça allait arriver: le MotoGP, le succès?

Je n’en suis pas sûr. Toute la période Moto2, j’ai toujours rêvé d’être devant; je croyais donc que ça allait le faire en Moto2. Pendant deux ans, j’ai réalisé mes rêves en Moto2, cela me permet d’en fixer de nouveaux dans la catégorie supérieure. Donc oui, j’y crois, j’y crois encore, même en MotoGP.

Il y a eu une période où beaucoup de gens riaient, se posaient des questions sur votre façon de travailler avec ton coach, Laurent Fellon? Tu étais conscient de ces réactions?

Oui, mais je ne me suis jamais trop posé de questions. Il me protégeait beaucoup, c’est pour cela qu’il se faisait mal voir. Mais moi, j’ai toujours eu confiance en Laurent, sur notre façon de faire. Cela m’aide, que ce soit à l’entraînement ou sur les courses. Cela m’a permis de mettre des barrières, pour suivre un chemin; critiqué ou pas, j’avais mes œillères et je suivais ce chemin. Et comme les résultats étaient là.

Même si ton ascension n’a pas été aussi rapide que celle de plusieurs de tes adversaires?

Dans le fond, même si je n’ai pas performé comme certains l’auraient voulu à certaines périodes de ma carrière, j’estimais quand même chaque fois qu’il y avait des progrès. Donc, ça motive quand on sent qu’on progresse; peut-être pas très vite, mais on progresse et c’est un très bon signe.

Tu penses bien que l’Helvète que je suis ne va pas te quitter sans que tu nous parles des Suisses en Moto2. Pour Tom Lüthi, les années passent. Penses-tu qu’il peut faire un jour le saut en MotoGP?

Aucune idée. L’étoile montante, sur les premières courses, c’est Morbidelli. Lüthi arrive toujours à se mettre l’intensité pour être devant en Moto2, mais malheureusement on le voit chaque année buter aux mêmes endroits.

C’est un signe inquiétant pour lui?

Disons que l’on peut se demander s’il n’a pas atteint une limite et que ça l’empêche d’évoluer. Morbidelli a une plus grande marge d’évolution. Cela dit, être aussi performant que Tom depuis tant d’années en Moto2, cela mérite un immense respect. Parce que c’est dur la Moto2!

On revient à la question: le MotoGP, pour lui, un jour?

Pour passer, il faudrait au moins qu’il soit champion du monde.

Morbidelli, tout le monde en parle désormais. C’est l’homme à suivre dans le futur?

L’an dernier, avec Lüthi et Morbidelli, on s’est beaucoup battu ensemble sur la fin du championnat. Franco, depuis la fin de ce championnat 2016, a su encore évoluer. Tom, visiblement, un peu moins. Et c’est à ce propos qu’on peut avoir ce sentiment par rapport à Lüthi: a-t-il atteint sa limite?

On revient à toi. Comment le Johann Zarco qu’on a longtemps connu discret vit avec ce nouveau statut, celui du pilote MotoGP dont on parle?

Je le vis bien. La vie n’a pas changé pour autant. Pour l’instant au moins, quand je rentre à la maison, en France, j’ai l’entourage comme d’habitude, les mêmes routines. Mais c’est agréable d’être reconnu davantage et quand on prend le temps de faire des séances d’autographes, de rencontrer le public, eh bien on se rend compte qu’on devient vraiment une idole, une icône. Ce sont des passages intéressants, qui durent peu, sans doute, mais cela fait plaisir.

Stay tuned!

Rejoignez-nous sur Facebook

Photos : Tech3


Warning: Parameter 2 to wi_posts_search_handler() expected to be a reference, value given in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/wp-includes/class-wp-hook.php on line 286

Dans cet article

Poster un Commentaire

  Subscribe  
Notify of

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/layout/themes/gp-inside/template-parts/content-single.php on line 121

Warning: Parameter 2 to wi_posts_search_handler() expected to be a reference, value given in /var/www/vhosts/insideweb.be/gpinside.insideweb.be/wp-includes/class-wp-hook.php on line 286

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store