Communications radios, débat relancé après le Sachsenring



Les communications radios entre les pilotes et leurs équipes vont-elles apparaître en MotoGP ? Depuis le Grand Prix d’Allemagne, la question suscite bon nombre de réactions dans les paddocks.

Du Cyclisme à la Formule 1, la communication par radio a déjà été intronisée au sein de divers sports. Sera-t-elle bientôt disponible en Championnat du Monde de Vitesse Moto ? Les événements du Sachsenring ont relancé le débat.

Le scénario du Grand Prix d’Allemagne aurait en effet été bien différent si pilotes et équipes avaient pu échanger pendant la course. Les leaders auraient été mis au courant de la situation et des chronos de ceux qui s’étaient arrêtés pour changer de moto. Cela leur aurait ainsi permis de faire de même et conserver leurs positions, méritées puisqu’ils avaient été les plus rapides jusque-là.

 

Rossi dit oui, pas Marquez

Le pilote Repsol est néanmoins catégorique sur la question : « Je dis non. Je n’arrive pas à m’imaginer en train de parler à mes mécaniciens alors que je suis en train de pencher, nos machines ne sont pas des victoires. De plus, si vous établissez une bonne stratégie avant le départ de la course, vous pouvez vous sortir de toute situation. »

Le son de cloche est légèrement différent chez Andrea Dovizioso, 3ème au Sachsenring, même si sa réponse finale est similaire : « Il est vrai qu’un système de communication par radio rendrait certaines situations plus faciles à gérer, et peut-être que cela améliorerait aussi la sécurité. Néanmoins, ce n’est pas de la Formule 1 et je pense que nous sommes mieux sans. »

Quant à Rossi, grand perdant du week-end allemand alors qu’il luttait pour la victoire, son avis est contraire à celui de Marquez : « Tout deviendrait plus facile, ils (les mécaniciens.ndrl) auraient plus d’informations que ce que peut fournir le pit board. Peut-être qu’à Assen, s’ils m’avaient dit ce qu’il se passait derrière moi, j’aurais pu éviter de faire une erreur. Je me souviens que nous avions testé ce système il y a une dizaine d’années, mais il n’y a pas eu de suite. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *