Rossi et Viñales « heureux » d'être coéquipiers



Coéquipier de Jorge Lorenzo durant 7 saisons (2008-2010 & 2013-2016), Valentino Rossi ne partagera plus son box avec lui l’an prochain. Mais un autre espagnol prendra sa place, et c’est peu de dire que le duo promet d’être explosif.

Champion du Monde Moto3 en 2013, sur le podium final Moto2 en 2014 et 12ème du général MotoGP en 2015 (meilleur rookie), Maverick Viñales sera officiel Yamaha dans quelques mois. Pas encore parvenu à gagner avec Suzuki (1 podium au Mans), l’espagnol n’a plus remporté un GP depuis Sepang 2014. Actuel 5ème au classement, il n’arrive pas à trouver le « petit truc » pour se mêler à la bagarre avec les plus rapides.

Ces statistiques joueraient-elles en sa défaveur ? Certainement pas, et Rossi lui-même reconnaît que son arrivée fera de lui un autre concurrent à la victoire… ou plus ? « Viñales a déjà prouvé qu’il est l’un des plus forts, et il peut encore beaucoup progresser. J’en suis un peu inquiet, admet-il au micro de Sky Sports. Il s’agit d’un autre bon coéquipier après Lorenzo. Il a 21 ans et il est sur la pente ascendante. »

Armée d’un tel duo, l’équipe Movistar sera à n’en pas douter en lice pour le titre de meilleure équipe — titre décroché en 2015, mais dont le classement actuel est mené par Repsol Honda. « Je suis heureux, explique le Docteur, parce que nous allons être une équipe très forte. J’ai l’expérience, il a la jeunesse et nous sommes 2 bons pilotes. Ce transfert s’est révélé très négatif pour Suzuki, mais positif pour Yamaha. »


« Valentino est mon héros d’enfance »

Quant au pilote Suzuki, il se dit « heureux de signer chez Yamaha parce que Valentino est mon héros d’enfance. Mais que ce soit Valentino, Jorge ou quelqu’un d’autre à côté de moi, ma décision aurait été la même. Quand vous arrivez dans une équipe et que vous avez des hommes autour de vous, vous devez faire votre travail et essayer de gagner. Que votre coéquipier soit une légende ne change rien. »

S’il affirme que la présence de Rossi n’a pesé aucun poids dans son choix de rejoindre les Bleus, le catalan avoue néanmoins que sa présence peut être l’un des éléments qui lui feront passer un cap supplémentaire. « Ce qui est bien en ayant Valentino dans l’équipe, c’est que je vais pouvoir beaucoup apprendre de lui. Il a aujourd’hui 37 ans et il continue à gagner, donc il y a certainement quelque chose dans sa manière de travailler qui lui permet d’atteindre le succès. »


Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *