« Je veux être Luca Marini, pas seulement le frère de Valentino Rossi »



À la mi-saison, Luca Marini est 19ème et 2ème meilleur rookie du Championnat du Monde Moto2. Le journaliste Simon Patterson a rencontré l’italien pendant la trêve, et voici le meilleur de ce qu’il a confié à nos confrères britanniques de MCN

Avec un grand demi-frère — Valentino Rossi — vainqueur de son premier GP à seulement 17 ans, Luca a naturellement pris le chemin des circuits dès son enfance. Il n’est pas le fils de Graziano mais cela ne l’empêche pas de partager la même passion. « Quand j’étais très jeune j’allais toujours assister à des courses avec mon frère, explique-t-il. Mais la véritable raison qui m’a fait débuter est qu’un jour, j’ai vu une piste où des enfants roulaient avec des minimotos et j’ai voulu essayer. C’est là qu’a commencé mon voyage dans cet univers. »

Champion d’Italie en 80cc, Marini est notamment passé par le CIV avant de rentrer en Mondial. Si certains médisants l’accusent de ne devoir sa place qu’à son nom, lui sait ce qu’il a du endurer pour y parvenir. « Je pense que tous les pilotes font des sacrifices. J’ai parfois été aidé par mon frère, parce qu’être le frère de Valentino Rossi est un plus, mais j’ai aussi fait beaucoup de sacrifices et il y en aura encore dans le futur. »

 

« J’aimerais être Luca Marini »

Sa présence en Moto2, le transalpin l’a justifiée dès la première épreuve en rentrant dans le top-10. Sa récente 6ème position décrochée au Sachsenring confirme qu’il mérite la Kalex en sa possession. « Le premier GP au Qatar était bien mais ce qui me rend le plus fier est mon tour idéal au Mugello, parce qu’il était meilleur que celui de tous les autres, dit-il. En qualification je me suis fais gêner et je n’ai pu améliorer, mais sur le papier mon tour idéal était le premier. J’en suis très heureux, j’ai accroché le lap-chart dans ma chambre ! »

Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, être le demi-frère de la plus grande légende de l’Histoire de la vitesse moto n’est pas toujours chose facile à vivre. Encore moins lorsque l’on est également pilote : « Mon plus grand défi est de me défaire du fait d’être le frère de Valentino Rossi. Je ne veux pas m’en débarrasser, parce qu’il est une partie de moi, mais parfois j’aimerais être Luca Marini et pas seulement son frère. »

Après 9 Grands Prix, le natif d’Urbino est 19ème au classement Moto2 à seulement 7 points du top-15. Des 7 rookies engagés, Luca en est le second à 4 longueurs du portugais Miguel Oliveira. Son bilan aurait pu être bien différent s’il n’avait pas enregistré 4 abandons, mais le GP d’Allemagne —où il a obtenu le meilleur résultat de sa jeune carrière — l’a relançé. L’avenir est devant.

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *