Pramac : Guidotti a vraiment les boules ! Juste une question de forcing ?



Pramac est un peu à Ducati ce que Tech3 est à Yamaha, un Junior Team. Toutefois, comme pour la structure française, un partenariat n’empêche pas les coups de gueule.

On se souvient qu’un peu plus tôt dans la saison, face aux difficultés rencontrées pour renouveler le contrat de Pol Espargaro, Hervé Poncharal s’était interrogé sur ce rôle de Junior Team puisque l’équipe A ne faisait jamais appel aux « juniors ».

Dans le cas qui nous occupe, le souci n’est pas le même ! En effet, ce que reproche Pramac, qui va même jusqu’à donner l’impression de présenter des motos aux couleurs inversées par rapport à l’usine, à Ducati, c’est son manque de soutien.

Pour Guidotti, il ne suffit pas de dire que Pramac est indissociable de Ducati, il faut associer la parole aux gestes et c’est précisément ce que Borgo Panigale ne fait pas.

Du coup, l’italien pourrait se tourner vers Suzuki lorsque son contrat arrivera à son terme c’est-à-dire, fin de la saison prochaine. Alors, coup de bluff ou coup de gueule ? Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute qu’Aspar serait certainement ravi de reprendre ce rôle.   

« Nous sommes sous contrat avec Ducati jusqu’à la fin de la saison 2017, et nous n’avons aucune raison de revenir sur cet accord, tempère Guidotti. En revanche, nous pourrions bien aller voir ailleurs en 2018. Nous avons toujours été considérés comme l’équipe junior Ducati, et nous avons toujours joué le jeu de notre côté, même quand il nous a fallu courir avec du matériel qui était loin d’être performant. Nous avons fait le boulot mais aujourd’hui, j’ai le sentiment que nous sommes en train de devenir des clients comme les autres pour Ducati. À mon sens, l’usine se perd un peu en équipant huit pilotes cette année. » Sans traitement de faveur, le team Pramac pourrait donc changer de crémerie. Et Francesco Guidotti s’est déjà longuement entretenu avec Davide Brivio. « Suzuki pourrait être une excellente alternative, assure le team manager italien. Les Japonais n’étaient pas prêts pour fournir un team satellite l’an prochain, mais notre équipe pourrait bien les intéresser pour 2018. Nous avons une solide expérience et les reins solides, car nous avons derrière nous une grosse société avec un propriétaire sérieux et passionné. Nous serions alors un véritable team B ».

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *