[CQFD] Marc Marquez a fait le break mais n'est pas encore sorti d'affaire



Avec 53 et 59 points d’avance sur ses premiers rivaux après 11 Grands Prix, Marc Marquez a fait le break au classement général. Son 5ème titre de Champion du Monde n’est cependant pas encore assuré à l’issue de l’épreuve de Brno. Loin de là.

L’on pourrait croire que l’affaire est pliée. À l’issue des 11 premières courses de la saison, Marc Marquez n’en finit plus de dominer : 3 victoires, 9 podiums, 5 poles et un avantage considérable au provisoire. Pendant que ses adversaires chutent, abandonnent sur casse moteur ou sont victimes des pneumatiques, lui enchaîne les performances et ne cesse de faire grossir son capital de points. Il compte aujourd’hui plus de 2 Grands Prix d’avance sur son premier dauphin.

Tout semble sourire à l’espagnol qui, même lorsqu’il se rate, a la chance de limiter les dégâts. Dernière preuve en date, la manche du Red Bull Ring où il ne termine « que » 5ème mais profite de la domination Ducati pour ne concéder que quelques unités à Jorge Lorenzo et Valentino Rossi. Il figure aujourd’hui comme le seul des 21 titulaires en MotoGP à n’avoir enregistré aucun résultat blanc.

Marquez est une véritable machine de guerre qu’aucun grain de sable ne semble pouvoir enrayer. Sa quête d’une 5ème couronne mondiale — la troisième en catégorie reine — a indubitablement tourné en sa faveur. D’aucuns croient d’ailleurs que les lauriers de 2016 lui sont d’ores et déjà acquis, et que ses rivaux travaillent déjà pour les récupérer en 2017.

Valentino Rossi lui-même l’affirme, il ne pense plus pouvoir le reprendre. « J’ai fait trop d’erreurs, je suis trop éloigné. Marc n’est pas seulement très rapide, il fait également toujours les bons choix. Même dans des situations délicates ». Second à Brno, le Docteur a repris 4 longueurs au pilote Honda mais il en a encore 53 de retard. Au regard des qualités (vitesse, régularité, intelligence de course…) affichées par le n°93, revenir à sa hauteur semble en effet inimaginable.

 

Mission difficile, pas impossible

Il faut pourtant le concevoir. L’italien, en chasse d’un 10ème sacre, n’a totalement jeté l’éponge. « Je ne renoncerai pas tant qu’il y aura un espoir, déclare-t-il, mais cela s’annonce très difficile ». Même son de cloche chez son coéquipier Lorenzo qui, malgré ses 23 points marqués en 125 possibles sur les 5 dernières courses, ne baisse pas les bras : « Nous n’abandonnons pas. Nous allons continuer à travailler et donner le meilleur de nous-même. »

Il faut y croire dans le clan Yamaha. À bientôt 38 ans, Rossi compte sur les doigts de sa main les occasions restantes pour devenir décuble Champion du Monde. Quant à Lorenzo, il sera trentenaire en mai prochain et s’engage dans une aventure Ducati où le succès ne lui est pas assuré. Et face à la nouvelle génération montante, il est possible que le majorquin soit en train de jouer l’une de ses dernières cartes gagnantes sur la table du MotoGP.

L’officiel Repsol en tête du classement général le dit : son avance est « une bonne affaire car vous ne pouvez pas perdre ces points en 2 Grands Prix. Cependant je sais que tout peut arriver, j’ai un bon avantage mais ce n’est pas suffisant ». L’Histoire nous a prouvé que des dizaines de scénarios sont possibles, et que même un tel écart peut fondre comme neige au soleil. Ce n’est pas Rossi, qui a perdu 2 titres (2006 & 2015) lors du dernier GP de la saison à Valencia, qui dira le contraire.

Marquez a face à lui les meilleurs compétiteurs de la planète, sinon de la décennie et peut-être même de tous les tems. Rossi et Lorenzo l’ont prouvé à maintes et maintes reprises : ils ne lâchent jamais le morceau. Souvenez-vous de ce Valentino revenu de nulle part à 34 ans après plus de 2 ans 1/2 sans triomphe, de ce Jorge blessé et pleurant de douleur pour terminer 5ème à Assen en 2013. De véritables bêtes de course. Ils disposent par ailleurs d’une M1 très performante, capable de se hisser aux avant-postes sur toutes les pistes du calendrier. Et avec des Ducatistes (selon le circuit), des Pedrosa (s’il retrouve son niveau d’antan) et des pilotes privés (quand il pleut) pouvant s’intercaler, MM93 ne peut se laisser aller.

 

Tirer les leçons du passé

La malheureuse actualité de ces derniers jours (épaule endommagée pour Aegerter, clavicule cassée chez Rins, Smith et Dovizioso touchés au genou…) confirme que rien n’est terminé tant que la situation n’est pas mathématiquement verrouillée. Une chute de trop, un virage mal négocié ou un souci mécanique qui vous envoie dans les graviers et tout peut basculer. Marquez tombe régulièrement et, même s’il échappe souvent au pire, la chute n’est pas une science exacte. Son dernier forfait a beau remonter à Sepang 2011, le catalan n’est pas à l’abri de la blessure. Et même sans parler de cela, le simple fait de tomber peut lui faire perdre énormément de points : cela ne lui a-t-il pas coûté le titre en 2015 ?

En parlant de 2015, il faut également garder en mémoire la saison Moto3. Après Silverstone et à 6 GP du terme de la saison, Miguel Oliveira comptait 90 points de retard sur Danny Kent ; 6 unités sépareront les deux hommes après Valencia. En six épreuves, le portugais a repris 84 points à son rival britannique. De même qu’une course n’est jamais terminée tant que le drapeau à damier n’a pas été franchi, un titre n’est jamais gagné tant qu’il est possible de reprendre le leader.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, Marc Marquez doit rester ultra-concentré sur son objectif. Sa situation est délicate car il doit éviter les risques pour ne pas chuter, mais ne peut pas dans le même temps baisser la cadence de son entraînement ou se contenter de terminer 4ème à chaque fois. Avec bientôt 9 saisons internationales dans les bras et déjà 4 couronnes à son palmarès, il le sait mieux que personne. Il a fait le break et est plus que jamais en route pour un 5ème titre, mais celui-ci n’est pas encore assuré. Tout, ou plutôt beaucoup, reste encore à faire.

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles recommandés

Devenez membre Premium

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store