Dall’Igna : Toujours plus loin, toujours plus haut…même sans ses ailerons ?



Si les essais de Sepang n’avaient pas été synonymes de catastrophe nationale pour Ducati, notamment grâce à Casey Stoner qui avait su prendre le meilleur temps lors de la première journée, ceux de Philip Island, en revanche, ont pris une allure de tempête.

En effet, après Dovizioso et Lorenzo qui, la semaine dernière, ont clairement affirmé l’impossibilité de se battre pour le titre avec la Desmosedici en son état actuel, c’est désormais au tour de son concepteur, Gigi Dall’Igna, de reconnaître, sur GPOne, que son bébé n’est pas encore à la hauteur de ses concurrentes.

L’italien ne se veut pas alarmiste mais il sait d’où viennent ses problèmes et sait également qui les a provoqués.

En effet, à l’instar de Lorenzo, Dall’Igna n’a pu que revenir sur la perte inestimable qu’a représenté l’interdiction des ailerons car c’est toute une dynamique, toute une manière de penser et de faire fonctionner sa DesmoGP qui s’est envolée d’un coup d’un seul sous la houlette de Honda et de sa volonté de casser la dynamique italienne.

Alors certains diront que Yamaha, Suzuki, Aprilia…ont su réagir et présenter d’autres choses. Mais la situation n’est pourtant comparable à aucun point de vue.

D’abord, mais là on parle surtout des concurrentes japonaises de la belle de Borgo Panigale, il faut mentionner la taille de ces entreprises et les ressources affectées dans leur département course qui sont sans commune mesure avec celles des rouges.

Ensuite, parce qu’à l’inverse de ses concurrentes, la GP16 est née avec ces appendices, ce ne sont pas des palettes de carbone, fruit d’une première étude rapide, comme celles ajoutées dans un premier temps sur les Yamaha, Honda ou autre Aprilia. Ces ailerons faisaient réellement partie de l’ADN de cette machine.

Une Yamaha, une Suzuki ou une Honda, avec ou sans ailerons, est capable d’obtenir de bons résultats car elles ont été pensées sans ces artifices, pas la Ducati.

Pas plus tard qu’il y a deux semaines, Jorge Lorenzo déclarait qu’avec les ailerons, il aurait pu gagner au Qatar. Certains, toujours les mêmes, lui ont reproché d’une fois de plus trouver une excuse mais ceux-là devraient certainement repenser à Losail 2016 où il n’avait pas manqué grand-chose à la Ducati pour s’imposer. Et ce pas grand-chose, n’était-ce peut-être justement de mettre le vainqueur de l’édition 2016 sur la selle de la DesmoGP.  

Mais Gigi le sorcier a plus d’un tour dans son sac et c’est un malin ! Alors, plutôt que de prendre les devants pour de toute manière, se faire copier par les mêmes qui derrière, vous suicident en commission, mieux vaut attendre et voir ce que ces faux-amis proposent.

C’est d’ailleurs ce que disait Paolo Ciabatti la semaine dernière : « Yamaha a utilisé une solution avec des ailettes internes mais il reste encore à démontrer que cette solution est plus efficace qu’un carénage traditionnel […] En 2015, au Qatar, Ducati a mis une tendance en mouvement, nous avons utilisé les premières ailettes. Ensuite, tous les autres fabricants ont sauté sur ce train en marche parce qu’il a été autorisé, et parce que les ailettes offraient plus d’avantages que d’inconvénients. Vous avez une idée et les autres copient. »

En effet, à l’instar de ses concurrentes, Ducati ne pourra homologuer que deux carénages pour l‘ensemble de la saison or, celui présent lors des essais est déjà homologué…il ne reste donc plus qu’une seule cartouche à tirer pour Dall’Igna et consorts.

Gigi Dall’Igna : « Nous ne pouvons pas être satisfaits après des tests comme ceux de Phillip Island. Pour la première fois l’absence des ailes a été ressentie de façon plus marquée que prévu. Il faut dire aussi que nous avons utilisé un set-up inadapté à cette situation, mais qui nous a été test utile dans la compréhension de nos limites de manière à être en mesure de combler nos lacunes.

Les données nous indiquent que le manque de charge sur l’avant est la principale raison des problèmes dont nous souffrons.

Nous sommes limités à deux développements aérodynamiques au cours de la saison, donc il sera important de bien réfléchir avant de les placer. Voilà pourquoi nous prenons le temps. »

Comme on dit de l’autre côté des Alpes…chi va piano, va sano e va lontano !

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *