Qatar, J2 : Viñales, Rossi, Folger…la réponse de Yamaha à Ducati



Hier, à l’issue de la première journée du test de Losail, Andrea Dovizioso avait semblé imprenable avec un chrono qu’il avait annoncé être « venu facilement ».

Réconforté, le natif de Forli avait alors annoncé qu’il allait pouvoir se concentrer sur les détails du set-up de sa machine.

Est-ce une des raisons qui explique qu’aujourd’hui il se retrouve si loin (13ème à 1,128 seconde) ? Difficile à dire mais une des raisons qui, en revanche, est certaine, c’est la solide performance de Maverick Viñales qui, une fois de plus, a éclaboussé la nuit qatarie de son talent.

L’Espagnol prend une première place avec un chrono un dixième plus rapide que celui de la pole 2016 de…Jorge Lorenzo.

A propos de son prédécesseur au guidon de la M1, les années se suivent mais ne se ressemblent pas car si hier, il disait avoir enfin compris comment se pilotait la DesmoGP, les lendemains semblent quelque peu déchanter.

En effet, le majorquin, victime d’une chute, termine le test à la huitième place à 889 millièmes de son ancienne M1 et derrière Bautista sur la GP16.

Rossi s’était montré en difficulté aussi bien à Philip Island qu’hier à Doha mais ce soir, l’italien, victime d’une petite chute, peut retrouver le sourire puisqu’il arrache la seconde place derrière son équipier (+277 millièmes).

Et la fête n’est pas terminée pour Yamaha puisque le toujours plus séduisant Jonas Folger ferme la marche du top3 à 462 millièmes de Viñales.

Il ne fait désormais plus aucun doute que l’allemand a largement réussi son examen d’entrée et d’un point de vue totalement personnel, nous nous réjouissons pour notre ami Hervé Poncharal qui, après le test de Sepang nous disait : « Je suis très heureux car j’ai quand même pris des risques en le signant. Heureux pour moi, pour l’équipe, pour l’usine, car les japonais étaient dubitatifs quant à ce choix en raison de sa précocité mais moi j’avais envie de travailler avec lui depuis qu’il roule en 125. J’aimais bien ce gars-là et je l’aime toujours bien parce que par moment, tu voyais en lui un réel talent. »     

En début de soirée, la bérézina Repsol Honda d’hier semblait prendre le chemin des mauvais souvenirs mais le time attack se révélait fatal à Marquez et c’est une fois de plus Cal Crutchlow qui sauve les meubles tokyoïtes en prenant la quatrième position à 577 millièmes.

Aleix Espargaro donne à Aprilia des raisons de se réjouir ave la cinquième place et c’est finalement à la sixième place que Marc Marquez termine sa seconde journée. Marquez limite la casse et certainement si on compare sa situation à celle de Pedrosa qui, aujourd’hui, termine seizième !

Chez Suzuki non plus on n’a pas le sourire avec la douzième place de Iannone et la dix-septième de Rins.

Côté français, Johann Zarco accroche la dixième place à 4 dixièmes de Folger, son équipier et Loris Baz, la quinzième.

On soulignera évidemment la mise en service de l’incroyable carénage de la Ducati à mi-chemin entre la F1 et la moto (à voir ici).

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook    

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *