Zarco : d’une 2nde année chez Tech3 à héritier de Rossi, un pas qu’évoque peut-être Hervé Poncharal



Lorsqu’on parle de succession, de transfert et de futur dans une catégorie aussi concurrentielle que le MotoGP, on se doit de rester prudent. Toutefois, nous ne sommes pas dupes parce qu’au terme de la saison prochaine, une place pourrait se libérer chez Yamaha factory et que pour y prétende, réussir de bons résultats chez Tech3 serait certainement un argument plus qu’encourageant pour décider les patrons d’Iwata.

C’est d’ailleurs certainement de cette manière qu’il faut analyser les propos de Hervé Poncharal, le manager de Tech3, lorsqu’il déclare : « Je pense que toutes les parties comprennent les avantages de rester une deuxième année ensemble, parce que nous avons un grand soutien de Yamaha. »

Donc, doit-on déjà parler de Johann Zarco comme étant l’héritier de Rossi comme l’on fait certains confrères italiens ? Est-ce brûler les étapes comme certains ne manqueront certainement pas de le signaler sous cet article ? Tenons-en nous aux faits. D’un côté, Johann Zarco est pilote Tech3, il est rapide, il impressionne et emmagasine de l’expérience sur la M1, de l’autre, Valentino Rossi pourrait prendre sa retraite fin 2018. Entre les deux, il y a un peu plus d’une saison, un contrat par encore signé avec Tech3 pour 2018 et une multitude de choses qui peuvent se passer.  

Hervé Poncharal à Speedweek : « Nous avons un contrat d’un an avec une option pour 2018 que je voudrais utiliser. La clause libératoire doit intervenir si, ensemble, nous avons un mauvais rendement, mais ce n’est pas le cas, bien au contraire. Folger et Zarco sont très heureux d’être là où ils sont maintenant. Notre intention est de continuer avec les mêmes pilotes en 2018. Nous serions stupides de penser différemment, que ce soit du point de vue des pilotes que du point de vue de l’envie de continuer à travailler ensemble.

Une augmentation de salaire ? Nous n’en n’avons pas encore parlé. Nous avons une bonne relation avec les pilotes et nous avons des plans pour l’avenir, mais il est également vrai que, tant que les contrats pour 2018 ne sont pas signés, l’accord n’est pas fait à 100 pour cent. En ce moment, je peux dire que tout va très bien, je ne suis pas très inquiet. Je pense que toutes les parties comprennent les avantages de rester une deuxième année ensemble, parce que nous avons un grand soutien de Yamaha. Nos pilotes aiment la moto et l’équipe. »

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *