Jules Danilo : « cette atmosphère autour de moi c’est un plus »



C’est ce week-end que Jules Danilo effectue sa grande première en championnat du monde puisqu’il est pilote wild card au côté de Livio Loi dans le team Belge Marc VDS

Avant qu’il n’attaque les choses sérieuses, nous avons recueillis, hier, les propos du jeune français qui s’apprête à vivre un week-end important pour la suite de sa carrière.

GPi : Jules, comment tu te sens en découvrant le paddock MotoGP, tu ressens une certaine pression ?

En découvrant le paddock je suis forcément un peu impressionné parce qu’on découvre des structures qu’on n’a pas l’habitude de voir dans les championnats nationaux. Ca ajoute un peu de piment à cette expérience et ça rajoute surement un peu de pression car on voit qu’il y a de gros moyens autour de soi. Je pense que le plus important c’est d’être bien sur la piste et de toute façon cette atmosphère autour de moi je le prends comme un plus.

GPi : Et ce stress, est-ce que tu as une façon particulière de le gérer ?

Non pour gérer mon stress, pas vraiment de techniques particulières hormis des petits trucs de respiration que j’ai travaillé avec un coach. C’est d’ailleurs un peu mon point faible, j’ai tendance à beaucoup stresser et vu l’ampleur de l’évènement il va falloir bien contrôler ça pour rester concentrer sur la piste.

GPi : Ce matin on t’a vu faire un tour de reconnaissance du circuit que tu connais pourtant bien, c’est simplement pour se remettre dans le bain ?

Ce tour de reconnaissance c’est plutôt pour se remémorer un peu les trajectoires, qui ont toujours tendance à changer dans notre esprit. Bien que ça ne fasse qu’un mois que je n’ai pas vu le circuit, c’est toujours bon d’avoir des images fraiches dans la tête, ça aide pour le lendemain matin !

GPi : On sait que la météo est toujours un peu mitigée au Mans, tu préfères rouler sur du sec ce week-end ?

Il y a effectivement beaucoup de nuages pour le moment autour de la piste. Je ne suis pas très bon sous la pluie car je n’ai pas encore eu l’occasion d’y rouler très souvent donc je préférais que ça soit sec pour être plus compétitif.

GPi : Tu partages le box avec Livio Loi que tu connais assez bien, comment tu vois ça ?

Le fait d’avoir un coéquipier qui a presque la même moto que moi, forcement, ça aide. Je dispose d’un bon moteur pour ce Grand-Prix qui n’est pas totalement le même que celui de Livio mais ça reste un très bon moteur qui peut me permettre d’être compétitif. Sa présence va être bénéfique pour moi et il faut que j’essaye de bien me servir des petites choses qu’il peut m’apporter pour peaufiner mon pilotage.

Stay Tuned !

Rejoignez-nous sur twitter

 

Dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *