Christophe Arciero : « J’aimerai être aussi proche que possible d’Alan Techer, voire devant »



A l’aube de son premier Grand-Prix en championnat du monde, nous sommes allés à la rencontre de Christophe Arciero.

Nous avons eu la bonne surprise de discuter avec ce jeune français visiblement détendu et confiant avant de disputer les premiers essais libres de ce matin.

GPi : Alors Christophe, tes premiers sentiments en découvrant le paddock ? De l’appréhension, de l’excitation, un mélange des deux ?

J’essaye de prendre ça comme n’importe quelle autre course, comme une course de championnat de France et de ne pas me mettre trop la pression.

GPi : Tu disposes d’une Suter Honda que seul Ambrogio Racing met à disposition de ses pilotes. Est-ce que cette structure va t’aider un peu ce week-end ?

Non presque pas, je vais juste être devant leur box pendant les différentes séances d’essais pour avoir un petit coup de main… Juste pour avoir des prises pour pouvoir chauffer les pneus ! (rires)

GPi : Au niveau de la moto, tu disposes exactement de la même que Brad Binder et Danny Webb ?

Eux ont le châssis 2013 alors que moi j’ai encore le châssis 2012. Apparemment il n’y a pas de grosses différences, mais bon, il doit bien y en avoir quelques-unes s’ils l’ont fait. Ils ont aussi quelques petites pièces en plus, mais après, à moi de faire le travail pour combler la différence !

GPi : Lors de la course de Nogaro en championnat de France Superbike, Alan Techer était présent et tu as réussi à le battre en première manche. Est-ce que Alan est un objectif pour toi ce week-end ?

J’aimerai être aussi proche de lui ou même devant lui, c’est sûr. C’est surtout que ça m’a donné une bonne expérience et je pense que ça m’as aidé à être bien dans ma tête pour le Grand-Prix de France et ça me permettra de sortir des bons chronos.

Stay Tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter

Dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *