Espargaro : « Redding a de nombreux points faibles »



Pol Espargaro avait débuté la présaison Moto2 sur les chapeaux de roues et malgré une chute lors des qualifications au Qatar, il avait continué sur cette voie en s’y imposant devant Redding.

Après ce début idéal de championnat, l’Espagnol rencontrait toutefois des difficultés à Austin, où il chutait en course, et c’est le même tarif qui l’attendait au Mans.

Du coup, de favori, le voilà passé à chasseur puisqu’à l’issue du Grand Prix de France, le pilote de Sito Pons se retrouve avec 35 points de retard sur Scott Redding l’outsider de la présaison.

Pourtant, comme il l’a déclaré à ‘Mundo Deportivo’, cet écart ne semble pas l’effrayer. « Récupérer 35 points, ce n’est pas ce qui m’inquiète. Marc l’a fait l’année dernière, lorsque j’avais 15 points d’avance, alors qu’on pensait que c’était presqu’impossible à faire. Redding est plus instable et son poids dans les longues lignes droite le pénalise, il détériore plus vite les pneus et quand il fait chaud il souffre physiquement, il a de nombreuses faiblesses. Nous savons comment récupérer ces points, maintenant, il ne nous reste plus qu’à le faire ».

Parti avec une étiquette de favori grosse comme Big Ben dans le dos, on pouvait penser que ses chutes d’Austin et du Mans étaient la conséquence d’une trop grande pression. Ce n’est pourtant pas son analyse même si, comme il l’avoue, être champion du Monde est son obsession.    

« Etre champion du Monde est une obsession mais ça l’est pour tout le monde. Gagner et sentir que tu es le meilleur, c’est très important et c’est ce qui te pousse à continuer à te battre pour y arriver.

Honnêtement, la pression de l’étiquette de favori ne m’affecte pas beaucoup. J’en avais beaucoup plus à la fin de la saison dernière et ça ne nous a pas empêché de disputer une magnifique course en Australie lorsque je jouais le championnat. Les chutes ne sont pas le résultat de la pression, mais de la malchance, au Mans comme à Austin ».

Pression ou pas, 35 points c’est peu et énorme à la fois et quoi qu’il arrive, sa position au championnat est bien moins confortable que celle de son adversaire.

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter  

Photo : S. Meyers

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *