Interview croisé de Hugo Casadesus et Amaury Jakab, équipiers chez RS 2,0 Racing en CEV.



Dans la liste des engagés en championnat d’Espagne nous retrouvons cette année un nombre important de francophones, et notamment trois français et un belge réunis dans une même équipe.

Nous avons posés les mêmes questions à Hugo et Amaury, afin d’apprendre à connaitre cette équipe, mais également pour pouvoir comparer leur point de vue sur cette coopération.

Hugo tu es français, Amaury belge, et à l’intérieur du team c’est aussi comme ça ?

Hugo : Non, pas spécialement. Nous partageons Frédéric Terrier, qui s’occupe pour nous de la télémétrie, ce qui nous permet de comparer nos pilotages. Après en équipe mécanique, François Monier, français, est mon mécanicien personnel. Il fait un travail formidable sur les courses, il est très réactif et il a la capacité de résoudre des problèmes mécaniques très rapidement.

Amaury : Pour ma part, mon mécano est également français. C’est la première année que je travaille avec notre coach qui est français, et pour le moment tout va pour le mieux. En résumé, je suis le seul belge du team ! (rires)

Il s’agit d’une nouvelle équipe. Comment a-t-elle vu le jour ?

Amaury : Oui c’est exact, nous avons créé le team en commun, que nous avons appelé 2,0 Racing. Elle est composée de quatre pilotes avec Pierre Ginieys, Christophe Rafael, Hugo et moi-même. Nous avons tous les quatre une très bonne entente et nous nous sommes connus grâce à notre préparateur et télémétricien Laurent Pradon.

Hugo : Notre coopération avec Amaury s’est faite presque naturellement. On passait déjà beaucoup de temps ensemble sur les circuits, nous partagions de temps à autre le même box et nous nous connaissons depuis longtemps. De plus, notre niveau est assez proche donc c’est toujours agréable de pouvoir se comparer à un pilote que l’on connait bien et qui est à peu près du même niveau. Notre nouvelle équipe ne change pas grand-chose par rapport à l’an passé donc nous continuons sur la même dynamique que l’année dernière !

L’an dernier vous rouliez dans le même championnat. Vous êtes-vous souvent battus pour les mêmes places ?

Hugo : L’an dernier était une année de découverte du FSBK pour moi, quant à Amaury il connaissait déjà bien les circuits, sa moto… Malgré cela j’ai quand même été plus rapide que lui sur la saison et nous étions quelques fois dans le même peloton comme par exemple à Magny-Cours mais nous ne nous sommes jamais réellement battus en course.

Amaury : Il est déjà arrivé que nous nous trouvions dans le même groupe en bagarre pour le podium, a la course de Magny Cours, comme le dis Hugo, où nous étions dans un groupe de 5 ou 6 pilotes. Mais je ne crois pas m’être battu avec lui le reste de la saison car nous ne disposions pas de la même machine. Lui était déjà sur moto 3 et moi encore sur 125.

Vous ressentez plutôt de l’entraide entre vous deux ou de la rivalité durant un week-end ?

Amaury : Hugo et moi nous entraidons énormément, beaucoup de conseils de la part de l’un et l’autre, mais en course c’est une autre histoire. Que le meilleur soit devant l’autre.

Hugo : Nous nous connaissons bien et on s’apprécie donc déjà, on s’entraide naturellement si on aperçoit que l’un de nous est en difficulté. Je ne suis pas dans une optique de rivalité avec mes partenaires, j’essaye juste de progresser. Après en course, c’est comme pour Amaury, je ne fais plus de différence, si quelqu’un comme lui, que j’apprécie, se retrouve devant moi à deux tours de la fin, je ne vais pas être plus gentil avec lui qu’avec un autre. Le but est de progresser alors je pense que s’entraider peut faciliter les choses, même si la rivalité, la compétition peut pousser au même résultat. Je préfère aider Amaury si je vois qu’il est en difficulté plutôt que d’en profiter.

Stay Tuned !

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *