Jeremy Burgess : "Certaines règles doivent être changées"



Troisième et dernière partie de notre entrevue en compagnie de Jeremy Burgess. Au détour d’une question sur l’évolution des règlements, l’Australien s’attarde sur deux points : le fameux permis à points entré en service en 2013, et la pénalité qui consiste à rendre une ou plusieurs positions.

 

GP-Inside : Les règles qui régissent le MotoGP ont beaucoup changé ces dernières années, quel regard portez-vous sur cette évolution ?

Jeremy Burgess : « Certaines de ces règles doivent encore être changées. Il suffit de revenir à ce qu’il s’est passé à Phillip Island pour le comprendre. A propos du permis à point, il arrive régulièrement que les décisions varient selon l’endroit où l’on se trouve et les partenaires de tel ou tel pilote. Il y a une pression commerciale de plus en plus forte sur les personnes en charge de ces décisions. On sait bien qu’il y a toujours eu des pressions, que ce soit à l’époque de Philip Morris qui s’élevait contre toute pénalité à l’encontre de Luca Cadalora ou aujourd’hui. Je ne veux pas dire que c’est mal organisé, au contraire, les épreuves sont très bien organisées. Mais je dois avouer que je n’apprécie pas la gestion actuelle des  pénalités. Aujourd’hui, si un pilote enfreint une règle durant une course, il est susceptible d’écoper d’une pénalité, mais l’on peut, après coup, alourdir à la sentence. On ne devrait pas pouvoir exclure un pilote de l’épreuve suivante en cas d’infraction. Que ferait-on si la pénalité tombait à la fin de la saison et que le pilote en question prenait sa retraite entre temps ? Sans compter que cela pourrait aussi poser des problèmes si le pilote exclu devait changer d’équipe et négocier un nouveau contrat durant l’intersaison. Il pourrait se voir refuser un contrat au prétexte qu’il aurait à débuter son nouveau contrat sans pouvoir défendre ses chances. Cette règle ne devrait pas exister. Suspendre un pilote pour une épreuve est une solution qui ne devrait pas être envisagée car elle est inapplicable lors de la dernière épreuve de la saison. Et il y a de nombreuses autres choses de cet acabit. Une plus grande diplomatie et à un environnement plus serein devraient être au premier plan des objectifs des personnes qui établissent les règles. On ne peut pas établir des règles si elles ne sont pas applicables à tout moment de la saison ».

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos

GP-Inside est le site francophone n°1 traitant du MotoGP.

Media Inside Sarl - rue des Mérovingiens L-8070 Bertrange
Contact: info@gp-inside.com

Suivez-nous sur