Nicky Hayden, la GP12, le spectacle et l'électronique



Après avoir bataillé tout au long du Grand Prix de Jerez pour arracher une excellente troisième place et donc le premier podium de Borgo Panigale en 2011, Nicky Hayden a eu, quelques jours plus tard, à l’instar de Valentino Rossi, l’occasion de tester la GP12 sur ce même circuit.

Dean Adams a pu rencontrer le pilote Ducati et il nous livre son interview dans un article paru sur “planetsuperbike.com”.

Grâce aux vidéos postées par Ducati sur Youtube, nous avons eu l’occasion de découvrir la première 1000cc d’usine, nous ne pouvons donc qu’être avide d’informations et d’impressions.

Nicky Hayden : « C’était juste un test de préparation. Mais nous avons eu une bonne journée et un excellent test. J’apprécie de travailler avec l’équipe de test de chez Ducati. C’était réellement un honneur.

Concernant la moto, certaines choses sont les mêmes, d’autres sont différentes. Je l’aime bien. La1000 de la GP12 a certainement plus de couple que le 800 et c’est amusant d’avoir plus de couple dans vos mains quand vous êtes pilote. J’espère que les fans l’aimeront tout autant, mais ce qui est amusant c’est que nous pourrons certainement leur offrir un meilleur spectacle avec ces motos.

Il y a une différence avec les 800, pas une énorme, mais il y en a bien une. »

L’ère des 990 en MotoGP restera à jamais gravée dans les mémoires pour avoir réécrit ce que nous pensions des capacités d’une moto. Les plafonds des vitesses de pointe ont été explosés pendant que les records des tours tombaient comme les pommes tombent des arbres. Les circuits que nous pensions être « grands » semblaient petits sur un 990. Dean Adams voulait savoir si le sentiment sur la 1000 était le même que sur la 990 mais pour Nicky Hayden, le test aura été un peu court pour pouvoir porter un jugement définitif.

« Ce fut juste un test qui s’est déroulé sur une seule journée. De plus, Jerez est un circuit vraiment étroit, ce n’était donc pas vraiment l’endroit pour voir si ces 1000 seront comparables aux vieilles 990. De plus, nous n’étions pas là pour essayer de réaliser de grands chronos ou pour une recherche de performance.

Je ne veux pas trop me concentrer sur ce sujet pour le moment, mais je pense que ce sera bien. Quelque chose de bien, de frais et de neuf. Nous verrons d’ici quelques temps ».

Jusqu’à présent, l’Américain s’est souvent montré sceptique sur ce retour au 1000, certainement parce qu’il pense que l’électronique aura la même part prépondérante que sur les 800.

« L’électronique va continuer à occuper une part importante. Pour cela, il suffit de comparer son niveau en 2006 par rapport à celui de la GP11, il est toujours plus développé. Malheureusement, il enlève toujours un peu plus d’excitation et d’amusement.

J’espère qu’un jour ils pourront trouver une façon de le limiter parce qu’il garde vraiment le poignet des pilotes sous contrôle. Mais pour l’instant il me semble que ce ne soit pas vraiment possible.

Mais peu importe, je me suis senti à l’aise sur cette moto et le test a été bon. La 1000 est prometteuse et j’espère qu’elle amènera plus de spectacle pour les fans. »

On le voit, le discours entre partisans et adversaires de l’électronique n’est pas prêt de prendre fin. D’un côté, les marques, pour lesquelles le développement de l’électronique est commercialement et techniquement essentiel pour son implémentation sur leurs motos de route et de l’autre, les pilotes, en constante recherche de sensations et pour qui il ne représente qu’un frein…Stay tuned !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *