Amaël Lemaitre, de la 50cc aux Grand-Prix en trois ans !



Non, nous n’allons pas vous relater les exploits d’un jeune pilote français qui serait sur les traces de Fabio Quartararo, mais plutôt l’histoire d’un jeune dessinateur qui, à l’instar du pilote Monlau, commence à se faire une place dans le milieu des Grand-Prix.

Travaillant pour Loris Baz, pour Louis Rossi ou encore pour l’équipe Suisse CarXpert, le passionné (et pratiquant !) de compétition moto a déjà de beaux noms sur sa liste de partenaires. Découvrons son histoire au travers d’une interview avant de s’intéresser à ses dessins, toujours plein d’humour, avec une galerie retraçant les 3 ans d’existence d’Amaël Racing Art.   

 

 

GP-Inside : Racontes-nous, comment est-ce que l’on devient dessinateur en Grand-Prix ?

Amaël Lemaitre : « Sorti du collège il n’y avait qu’une seule matière qui m’intéressait, c’était l’art plastique. Je me suis donc orienté vers un BAC STI Art Appliqués puis un BTS en Design de Produit puisque j’étais intéressé par le design automobile. Je n’ai pas poursuivi mes études car les écoles d’arts supérieurs étaient très chères et j’ai donc décidé de prendre une année sabbatique durant laquelle je voulais dessiner pour moi.  J’ai commencé à faire quelques logos et je me suis aperçu que cela intéressait quelques personnes, j’ai donc décidé de prendre le statut d’autoentrepreneur. Cela a bien fonctionné et j’ai donc continué.

Le premier pilote avec qui j’ai travaillé est Louis Rossi. Habitant tous les deux à côté de Soissons, j’ai assisté à la présentation qu’il avait organisée avec le Racing Team Germany, j’ai fait un dessin là-dessus, ça lui a plu et c’est parti de là. »

GP-Inside : Pour assister à une présentation de Louis Rossi, ça veut dire que la moto est aussi une vraie passion ?

Amaël Lemaitre : « Oui, les quatre saisons dernières j’ai roulé en 50cc UFOLEP mais cette année je n’ai pas pu car je n’avais pas de budget. Je pense reprendre la saison prochaine. »

GP-Inside : Quel genre de relations entretiens-tu avec les pilotes ?

Amaël Lemaitre : « C’est essentiellement professionnel mais ça reste très convivial, ce n’est pas des choses contraignantes pour moi, j’aime ce que je fais. »

GP-Inside : Pour un passionné que tu es, tu dois te rendre compte de la chance que tu as de pouvoir accéder aux paddocks, rencontrer les pilotes, etc… ?

Amaël Lemaitre : « C’est clair que c’est la partie la plus intéressante du travail ! (rires) Avant de faire ça je n’avais jamais été sur un Grand-Prix, même pas en spectateur. J’ai donc fait mon premier Grand-Prix en 2013, au Mans, avec un pass paddock, où j’ai pu rencontrer Karel Abraham par le biais de Charles Cudennec (ndlr : responsable du Fan Club Français du tchèque). J’ai également fait une seconde fois le Mans, et Brno. Je me suis rendu compte que c’était un monde assez ouvert malgré les aprioris que j’avais ; je ne pensais pas que ces personnes donneraient de l’attention à des personnages sans trop d’importance comme moi ! (rires) »

GP-Inside : Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour les 3 prochaines années ?

Amaël Lemaitre : « Etre publié dans un journal ou un magazine, ça pourrait m’aider ! Et bien sûr continuer à avoir des commandes et travailler avec des équipes. »


Professionnels ou particuliers, un petit coup d’œil à la galerie suivante ne pourra que vous encourager à vous rapprocher d’Amaël

 

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *