Les teams "filières" bientôt interdits en MotoGP? Hervé Poncharal explique.



Aspar et Gresini. Ces deux structures, l’une espagnole, l’autre italienne, offraient jusqu’à cette année la possibilité théorique de les intégrer dans une petite catégorie, Moto3 en CEV pour Aspar et Moto3 en Mondial pour Gresini, puis de gravir peu à peu les échelons pour se retrouver quelques années plus tard en MotoGP.

En pratique cela n’est jamais (encore) arrivé, et cela a assez peu de chances d’arriver un jour puisque, d’une part, le team Aspar renonce cette année à l’échelon Moto2, faute de sponsors suffisants, et que d’autre part, ces teams tentaculaires semblent peut-être dans le collimateur des instances dirigeantes.

C’est du moins ce qu’il ressort des propos d’Hervé Poncharal qui, lui aussi, aurait bien aimé ajouter un team Moto3 à sa structure, mais comprend parfaitement que cela aurait comme conséquence pratique de restreindre l’arrivée de « sang neuf » dans le panorama des Grand Prix, et donc un certain renouvellement des troupes.

Hervé Poncharal: « Je crois que nous allons interdire à une équipe d’être impliquée dans les trois catégories des Grand Prix à partir de 2016 ou 2017, et j’appuie cela. Ok, j’aimerais avoir une équipe Moto3 mais c’est une question de sponsors. Gresini est encore dans les trois catégories, mais Aspar a abandonné parce qu’il ne pouvait plus se permettre d’être en Moto2. Le problème est que si vous avez quatre ou cinq grandes équipes impliquées en MotoGP, Moto2 et Moto3, cela réduit presque à néant l’occasion pour les nouvelles équipes de rejoindre les Grand prix. Vous pouvez également vous retrouver avec quelques équipes qui ont trop de pouvoir. Je pense que nous devons respecter les gars qui sont ici depuis de nombreuses années (mon équipe est la plus ancienne et je veux rester pour un certain temps encore!) mais vous devez toujours laisser la possibilité à de nouveaux projets passionnants, avec des idées neuves, de pouvoir rejoindre le championnat. Par exemple, si je vais à Moto3, je vais prendre la place de quelqu’un. Pourquoi cela devrait-il se produire? Parce que je suis le patron de Tech 3, le président de l’IRTA ou parce que je suis ici depuis de nombreuses années? Je suis pour la liberté, mais je suis aussi pour la démocratie et lorsque un petit nombre possèdent trop, la situation n’est pas si équitable. Je suis donc heureux d’être dans deux classes. Je pense que c’est logique. Mais nous avons besoin de laisser une chance à d’autres gars d’être ici avec nous, et de montrer ce qu’ils peuvent faire. »

Source : Crash.net

Stay tuned !

Rejoignez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur Twitter

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *