Fabio Quartararo : « Plus de pression, mais plus de soutien »



Nouveau pilote officiel Yamaha, Fabio Quartararo a été choisi par Yamaha pour aller chercher le titre de champion du monde. Le Français a travaillé sur lui-même cet hiver et se présente avec une nouvelle approche de la course en 2021, comme il l’a expliqué en marge de la présentation de l’équipe Monster Energy Yamaha MotoGP.

Être pilote d’usine : « Cela signifie plus de pression mais aussi plus de soutien. Ils vont notamment plus développer la moto en suivant plus mes besoins. Quand j’étais chez Petronas, j’ai surtout apporté des confirmations, alors que maintenant je peux demander des changements pour moi. »

« Remplacer » Valentino : « Je n’ai pas pris sa place parce que Valentino est unique. Nous avons échangé nos équipes et c’est déjà un rêve pour moi. Je pense que Valentino pourra aussi bien faire chez Petronas parce qu’il aura le même soutien de Yamaha, et je me sentais bien après deux ans dans ce team. »

Ce qu’il peut apporter à Yamaha : « J’espère le titre (rires). Je suis un pilote très sensible, c’est l’une de mes forces et je pense que c’est très utile pour le développement. Quand je teste quelque chose j’ai des sensations très claires. (…) L’an dernier j’ai beaucoup appris sur comment gérer la pression. Maverick et moi allons pouvoir nous battre pour la première et deuxième place du championnat, comme Lorenzo et Rossi l’ont fait (en 2015, NDLR). J’espère être Jorge et gagner le titre (rires). »

Viñales, coéquipier mais rival : « Nous avons une bonne relation, nous pouvons nous aider mais mon objectif est de gagner le titre. L’an dernier nous étions toujours proches en course, dès Jerez où nous avons fait deux doublés, et même quand nous étions en difficulté. Je pense que nos commentaire sur la M1 sont similaires, et avoir les mêmes problèmes signifie que nous pouvons pousser dans la même direction. Maverick sera mon premier rival, mais logiquement ce serait mieux de se battre pour la première place que pour la huitième. Ensemble nous pouvons faire des progrès, mais en qualification et en course ce sera la guerre. »

La M1, un prototype à améliorer : « Je pense que tous les pilotes demandent plus de grip à l’arrière et plus de vitesse de pointe. Donc nous allons devoir travailler sur l’aérodynamisme et le poids. J’ai essayé de perdre quelques kilos, mais sur la M1 nous pouvons en enlever plus. Je crois durement en ce projet, c’est facile de dire que la moto n’est pas bonne mais c’est plus important de croire dans les ingénieurs, ainsi ils sont plus motivés. J’ai grande foi en eux. »

Ce qui a freiné l’ascension de Quartararo en 2020 (Razali)

Une nouvelle approche de la course : « L’année dernière a été difficile parce que nous avons eu des problèmes avec la moto, mais j’en ai aussi eu moi. 2019 a été une saison parfaite, l’an dernier avait bien commencé puis les problèmes sont arrivés et j’ai eu beaucoup de hauts et de bas. J’aurais pu faire mieux, mais quand tu te bats pour la victoire sur une course puis pour la 10e place à celle d’après, tu es en colère contre toi et finis par faire encore pire. J’ai réalisé que parfois, une 7e place vaut mieux qu’une chute. Je suis toujours en colère contre moi pour ne pas avoir saisi l’opportunité (d’être champion, mais maintenant j’ai de l’expérience qui sera utile pour le futur. J’ai réalisé que les points sont la chose la plus importante. »

Le psychologue : « Il m’a dit de rester calme et d’être dans une perspective différente vis-à-vis des autres. L’an dernier j’ai entendu beaucoup de choses sur moi, mais je dois oublier ce que les autres ont dit de moi. Il m’a aidé à me concentrer sur moi-même et faire mon travail. Au final je suis un pilote et je dois rouler, analyser les choses, donner mon opinion ; je ne peux pas passer des heures à penser aux réglages à utiliser, parce que ce n’est pas mon travail. »

Garder une ambiance familiale : « Je pense que ce travail peut aussi être fait tout en s’amusant. Je sais que je suis dans un moment très important de ma carrière, mais je vais avoir les mêmes personnes autour de moi, il y aura la même atmosphère familiale. Et je vais continuer à démarrer ma moto moi-même, même s’il faut voler le démarreur (rires). » Lire à ce sujet : Quartararo : « Je ne dis jamais ‘je gagne’, c’est ‘on gagne’ »

[Second degré] Quartararo sur la blacklist de la FFL… grâce à ses victoires !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *