Preview du GP d’Argentine



Le Grand Prix moto d’Argentine, deuxième étape de la saison 2019, se déroule ce week-end à Termas de Río Hondo. Voici le communiqué d’avant-course des organisateurs.

« Pour ce 2e rendez-vous du calendrier, les teams mettent le cap vers l’hémisphère sud et vers l’Argentine ; un pays où la ferveur pour le MotoGP est telle que les pilotes déchaînent les foules aussi bien sur la piste qu’en dehors ! Et cette année, les fans devraient plus que jamais être servis niveau spectacle, au vu des écarts observés lors de l’épreuve inaugurale avec 15 pilotes en très exactement 15.093 secondes – un record – et une victoire qui s’était jouée en tout juste 23 millièmes.

Andrea Dovizioso avait en effet remporté la mise sur la piste de Losail, au terme d’un mano a mano digne de l’édition 2018, mais pas certain qu’il en soit de même à Termas de Río Hondo. Par conséquent installé en tête du championnat, l’Italien dit lui-même attendre ce GP d’Argentine réputé guère favorable à Ducati, pour véritablement jauger les performances de sa Desmosedici GP19. En attendant, le transalpin y a signé le seul podium de la marque de Bologne, c’était en 2015 avec une 2e place.

À vrai dire sur ce circuit, la balance penche plutôt en faveur de Honda, comme en témoignent ces 3 succès inscrits en 5 venues. Et ça tombe bien car Marc Márquez a soif de revanche ! Battu de peu par son grand rival au Qatar, le champion du monde y avait été véritablement maudit en 2018, avec – souvenez-vous – cette grosse frayeur sur la grille, qui s’était combinée à un ride-through pour avoir emprunté la piste dans le sens inverse en voulant se replacer. Puis le natif de Cervera s’était lancé dans une folle remontée, bousculant plusieurs de ses adversaires sur son passage, jusqu’à finir5e et se voir pénalisé de 30 secondes.

Il y en a un qui est en tout cas bien déterminé à conserver son rang en Argentine : Cal Crutchlow ! Le Britannique, qui avait su résister aux assauts de Johann Zarco pour s’y illustrer sur le fil, arrive de plus le moral revigoré par ce récent top-3. Un podium qu’il était loin d’imaginer, sachant qu’il n’avait plus disputé de course depuis son terrible crash de Phillip Island.

Álex Rins est également un candidat à prendre très au sérieux. L’Espagnol s’était peut-être raté en qualifications, mais il avait amplement répondu présent lors du GP du Qatar, en rivalisant aux avant-postes pour tout compte fait terminer 4e à tout juste4 dixièmes du vainqueur. Et pour mémoire, ce dernier figurait justement parmi les trois premiers en Argentine !

Valentino Rossi, auteur d’une splendide remontée au Qatar, espère quant à lui que cette édition 2019 lui sourira davantage. Tassé sur le rebord après un contact avec Marc Márquez, l’Italien n’avait rallié l’arrivée qu’au 19e rang. L’Italien rêverait en tout cas de regoûter aux joies de la victoire, sur ce circuit où il avait triomphé en 2015. Même chose pour Maverick Viñales, qui a à cœur de se rattraper suite à ce GP du Qatar bien compliqué. Pourtant son week-end avait plutôt bien débuté comme en atteste cette pole établie le samedi. Alors peut-il faire aussi bien qu’en 2017 ? Nous le saurons bientôt.

La déception était également palpable chez Danilo Petrucci à l’arrivée du Qatar. Mais le transalpin, seulement 6e, a l’occasion de rectifier le tir en Amérique du Sud. Certes, la partie ne s’annonce pas gagnée compte tenu des statistiques recensées chez Ducati, mais ce dernier est bien déterminé à sa battre, tout comme Takaaki Nakagami, arrivé 9e de la manche inaugurale et Jack Miller, de son côté contraint à l’abandon. L’Australien s’était d’ailleurs élancé de la pole il y a un an, loin devant cette meute de pilotes, qui avaient tous choisi de changer de pneu avant même d’effectuer le tour de formation.

Aleix Espargaró et son frère Pol, respectivement classés 10e et 12e au Qatar, seront également à surveiller, surtout si la météo vient s’en mêler…

Concernant nos Français, l’objectif de Johann Zarco sera de se rapprocher un peu plus des leaders, lui qui avait été récompensé d’un point symbolique pour sa première épreuve au guidon de la KTM RC16. Fabio Quartararo, qui avait calé au début du tour de formation, entend pour sa part bien oublier ce malheureux épisode et conserver ce rythme si prometteur qu’il avait eu au Qatar. Le Niçois devra néanmoins faire face à d’autres rookies aux dents longues, comme Joan Mir, qui s’était offert une très belle huitième place pour ses débuts en MotoGP. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez membre Premium

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store