Qatar, Marini : « Zarco entre très vite dans les virages »



Classé 21e du test de Losail, Luca Marini poursuit son adaptation à la Ducati Desmosedici GP20. L’Italien a bouclé 237 tours lors de la pré-saison mais a encore besoin de temps et de kilomètres dans sa découverte du MotoGP. Pour progresser, il analyse le travail des autres pilotes Ducati.

Test Qatar : Classement combiné définitif, cliquez ici

Pas encore d’objectif précis : « J’ai très bien travaillé pendant le test. J’aurais aimé avoir plus de temps mais c’est bien. J’ai compris beaucoup de choses. L’objectif pour le week-end de course est de trouver un meilleur feeling avant l’avant et d’entrer dans les virages de manière plus directe, de mieux tourner. Le vendredi j’essaierai quelque chose de plus et je devrai faire certains changements sur la moto. Je ne me suis encore fixé aucun objectif (de position), ce n’est pas encore le moment. »

Le plan d’action est prêt : « Malheureusement les conditions météo (de vendredi) étaient mauvaises et je n’ai pu que regarder les données. Nous avons analysé mon rythme et les chronos des autres pilotes, surtout ceux de Ducati. J’ai re-vérifié la simulation de course et comment avaient fonctionné les pneus jeudi. J’ai pu préparer le plan d’action pour le Grand Prix, parce que nous devons encore améliorer sur le train avant, donc j’ai préparé les FP1 et FP2. »

Des problèmes avec l’avant et les freinages : « Le problème est que je n’ai pas beaucoup travaillé (sur l’avant). Je me suis focalisé sur la partie arrière pour le milieu des virages. Je dois trouver des compromis. Il me manque quelque chose qui m’aiderait à faire tourner la moto plus facilement dans la dernière partie de l’entrée des virages. Pour le moment je souffre beaucoup au freinage. En plus, pendant la simulation de course, le pneu avant s’est beaucoup dégradé. »

Observer les autres pilotes Ducati : « Je crois que chacun pilote d’une manière unique. La moto a besoin de manoeuvres spéciales et le pilote doit ajouter quelque chose pour mieux la contrôler. Chacun le fait à sa manière. Il y a quelque chose de commun à tous les pilotes Ducati : pour être rapide, tu dois y mettre du tien. D’après moi, les plus intéressants à voir sont les trois pilotes Ducati qui ont le plus d’expérience. Je regarde aussi les données de Bastianini et Martin, mais je crois que les autres sont plus utiles pour apprendre plus vite. »

« Jack pilote d’une manière étrange, ce n’est pas facile de le copier mais il arrive très bien à exprimer la puissance de la Ducati. Il peut la faire tourner comme si c’était une Yamaha. Zarco a du mal à certains endroits et moi à d’autres, donc comparer nos données n’est pas facile. En plus il utilise une configuration électronique différente de la mienne. Le frein avant est l’un des aspects principaux de cette moto et moi, à la différence de lui, je ne l’utilise pas encore beaucoup. Il roule de manière particulière, il entre très vite dans les virages et ne freine pas autant que moi. »

« This is Zarco », épisode 1

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *