Qatar, Zarco (J1, 4e) : « De bonnes surprises sur la moto »



Tombé lors de la première séance d’essais libres (13e), Johann Zarco a remis les pendules à l’heure lors de la seconde (4e). Il est meilleur pilote satellite du jour au Qatar, et fait partie des candidats à une première ligne. Même s’il sent qu’il n’exploite pas encore entièrement le potentiel de sa Ducati.

La chute en FP1 : « J’ai immédiatement chuté, dès mon deuxième tour. C’était frustrant car tu essaies d’être concentré, de faire du bon travail et tu chutes à cause des conditions. Je pense qu’on ne roule jamais dans des conditions aussi chaudes, et avec le pneu medium qui ne marchait pas super bien… Cela faisait aussi deux semaines sans roulage, et essayer de prendre directement les mêmes trajectoires et les mêmes références, c’était trop vite trop tôt. Mais avec de meilleures températures et des pneus soft la moto a commencé à bien marcher et j’ai pu bien travailler. »

Un chrono rapide et important : « Une fin heureuse parce que les chronos ont été bons et c’était la bonne soirée pour les faire. Normalement en FP3 il ne sera pas possible d’aller très vite à cause des conditions chaudes, ça mettait une petite pression pour essayer d’être rapide tôt ce vendredi, mais avec les tests faits avant nous étions prêts. »

Une possibilité de première ligne samedi ? « Pour me qualifier en première ligne je dois encore trouver 5 dixièmes demain soir. C’est possible parce que j’ai des surprises sur la moto. Quand j’arrive à bien la piloter les chronos descendent. Sur le 1’53.5 je me sentais rapide, mais pas à ce point. Si je prends du plaisir demain soir, j’ai une chance de me battre pour la première ligne. »

Ducati, la moto à battre ici ? « C’est l’une des motos à battre. C’est difficile à dire, mais c’est une moto qui a le potentiel d’être championne du monde, donc nous travaillons pour la rendre redoutable. »

Les rookies qui disent qu’il a un style de pilotage étrange, marqué Yamaha : « J’utilise les données des autres pilotes, oui, et je n’avais pas entendu ça des rookies. Pour moi je suis entre Pecco (Bagnaia) et Jack (Miller), parce qu’ils n’ont pas le même style de pilotage et parfois on dirait que je fais comme Pecco, d’autres fois comme Jack. J’essaie de tracer ma voie. Je ne peux pas dire pour Yamaha car c’était il y a maintenant longtemps. J’essaie de bien m’en sortir. Je sens que la Ducati a un potentiel énorme mais que je n’arrive pas encore à bien l’exploiter ; une fois que je le ferai, je vais beaucoup m’amuser. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *