Rossi inquiet mais impressionné par ses poulains



« Lorsque nous avons fondé la VR46 Riders Academy, je n’avais pas l’intention de me battre en MotoGP face à mes protégés », dit Valentino Rossi, en référence à Francesco Bagnaia et Franco Morbidelli.

Franco Morbidelli et Francesco Bagnaia : deux jeunes et talentueux pilotes italiens, sacrés champions en catégorie Moto2 en 2017 et 2018. Deux hommes passés par les rangs de la VR46 Riders Academy… qui s’apprêtent à affronter Valentino Rossi dans quelques semaines. « Me faire battre par Bagnaia et Morbidelli m’énerverait »,a déjà confié le Docteur.

Depuis, il y a eu les essais hivernaux de Sepang, où Francesco Bagnaia a réalisé le 2e meilleur chrono de tous les temps. « Sur un tour chrono il a juste été excellent. J’espère qu’il ne sera pas aussi rapide en rythme de course ! », plaisante Rossi. Qui reprend, plus sérieux : « Jusqu’à présent il a été rapide lors de tous les tests. Fin novembre, à Jerez, il s’était déjà classé parmi les dix premiers. Et en Malaisie il est déjà passé en 1’58.3. Compte tenu du peu d’expérience qu’il a dans cette catégorie, c’est une performance incroyable. Nous devons le surveiller ! »

L’an dernier, Franco Morbidelli a eu du mal au guidon de sa Honda Marc VDS. Passé chez Yamaha Petronas, il dispose d’une M1 version 2019. Et a déjà montré qu’elle lui allait beaucoup mieux. « Franco et moi avons eu une performance très similaire à Sepang, il a beaucoup progressé le troisième jour, note Rossi. Pecco est encore plus menaçant ! Ce sera fastidieux de finir devant les deux. »

L’arrivée de Bagnaia et Morbidelli est un casse-tête pour l’Italien. Mais aussi la preuve du succès de son aventure avec la VR46 Riders Academy  « Lorsque nous avons démarré le projet avec l’académie des pilotes, avec des pilotes comme Pecco et Franco, nous ne nous attendions pas à ce problème : que nos pilotes accèdent si rapidement à la MotoGP et se battent contre moi. D’un côté, je suis inquiet. De l’autre, je suis très heureux parce que cette situation montre que nous faisons du bon travail. Maintenant, nous ne pouvons pas revenir en arrière. Nous soutenons les pilotes qui pourraient être capables de me vaincre. Nous devons vivre avec. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *